Le thym détruit les infections de la gorge, la grippe, combat les infections respiratoires

Le thym est connu par certains comme « l’ennemi de la toxine », faisant partie des histoires depuis la Grèce antique. Ces récits décrivent comment il est censé provenir des pleurs de la superbe Hélène de Troie, qui est à l’origine du conflit dont on se souvient à travers le temps. Néanmoins, le thym est principalement une herbe utilisée en cuisine.

Et contrairement aux origines mythologiques qu’on lui prête, ses vertus pour la santé sont quant à elles, scientifiquement documentées. Zoom sur les bienfaits du roi des lamiacées.

Réputé pour ses nombreuses vertus thérapeutiques, le thym a su se hisser au rang d’indispensable de nos cuisines. Toux, grippe, ou affections respiratoires, le Thymus vulgaris a plus d’un tour dans son sac pour soulager les affections du quotidien. Son utilisation traditionnelle est d’ailleurs reconnue par l’OMS ainsi que par la Coopérative scientifique européenne de phytothérapie (ESCOP), sans oublier que ce dernier est inscrit sur le registre des plantes médicinales de la pharmacopée française.

Et pour cause, sous forme d’huile essentielle, en infusion ou en application externe, il dispose d’une pléthore de bienfaits. Passons-les en revue.

1- Anti-infectieux

Les bienfaits du thym pour la santé sont largement attribués à ses propriétés antiseptiques et antimicrobiennes. Une étude a montré que son huile essentielle était efficace contre les bactéries de 120 patients souffrant de troubles buccaux, respiratoires et génito-urinaires. Pour profiter des bienfaits du thym, on peut le boire sous forme de thé ou l’ajouter aux repas et aux salades.

2- Anti-inflammatoire

Grâce à ses propriétés antioxydantes et anti-inflammatoires, le thym contient un composé phénolique connu sous le nom de thymol. Des chercheurs ont suggéré que le thymol avait la capacité de réduire les symptômes de l’asthme en ciblant les radicaux libres à l’origine de l’inflammation. Le pharmacologue Jean-Louis Brazier recommande d’inhaler du thym pour dégager les voies respiratoires. Pour ce faire, il faut faire bouillir de l’eau, la verser dans un bol et y ajouter deux cuillères à soupe de thym. Pour bien faire, il faut pencher la tête au-dessus du bol en la recouvrant d’une serviette, et respirer la vapeur pendant quelques minutes.

3- Antimicrobien

Le thym sous forme de thé pourrait être tout à fait bénéfique dans le traitement des inflammations oropharyngées. De plus, il renforce le système immunitaire pour s’opposer à certaines maladies. Pour en tirer le meilleur parti, vous pouvez préparer une tisane et la boire trois fois par jour. Vous pouvez également ajouter du miel d’eucalyptus, qui a des propriétés expectorantes, ou du jus de citron, qui a des propriétés antiseptiques.

4- Antiviral

En inhalation et sous forme d’huile essentielle, le thym s’avère particulièrement utile pour combattre les symptômes de la grippe. Selon une étude publiée par The American Journal of Essential Oils and Natural Products, l’aromate serait doté de propriétés antivirales utiles pour lutter contre la maladie sans porter atteinte aux cellules épithéliales. Les scientifiques suggèrent également une action efficace contre l’hémagglutinine, une protéine à la surface de la grippe, responsable de sa fixation sur la cellule cible.

5- Décongestionnant

Le thym est reconnu comme un décongestionnant efficace, et il est utilisé pour une variété de maladies. Thierry Thévenin, producteur herboriste, et le Dr Laurent Chevallier, nutritionniste, suggèrent tous deux de le consommer sous forme de tisane pour le bien du système respiratoire. Christelle Lassort, naturopathe et praticienne en médecine douce, atteste également de son efficacité pour de nombreux maux liés à la tête et au système respiratoire, notant ses propriétés expectorantes qui aident à lutter contre la toux, le rhume et l’asthme.

La pharmacienne Christine Cieur-Tranquart conseille d’associer ses vertus antitussives, antivirales et antiseptiques à une plante anti-inflammatoire et émolliente en cas de toux infectieuse ou virale.

Mises-en garde :

L’utilisation du thym est déconseillée aux personnes sous traitement anticoagulant ou en cas de grossesse. À savoir qu’il ne doit pas être consommé sur une durée excédant 3 semaines au risque d’entraîner des dérèglements, des irritations ou de l’hypertension.